Tout savoir sur la fibre

Tout savoir sur la fibre

Qu’est ce que la fibre optique ?

La fibre optique est un fil de verre, ou de plastique, plus fin qu’un cheveu. Le signal lumineux injecté dans la fibre est capable de transporter de grandes quantités de données à la vitesse de la lumière sur plusieurs centaines, voire milliers, de kilomètres. Il s’agit d’une rupture technologique majeure par rapport au réseau en cuivre, qui date des années 1970, sur lequel repose encore la majorité des services de communication utilisés aujourd’hui (téléphone, ADSL, TV sur IP).

En quoi est-ce une avancée par rapport à l’ADSL ?

La fibre optique permet actuellement un débit plus de 100 fois supérieur (1 Gb/s pour le maximum commercialisé aujourd’hui, mais un record a été établi à 43 Tb/s) au réseau actuel. A titre de comparaison, le débit des connexions ADSL est en moyenne de 5,8 Mb/s. Concrètement, le téléchargement d’un film ne nécessite que quelques secondes avec la fibre optique, contre plusieurs minutes avec une connexion ADSL. Elle offre aussi la possibilité aux différentes personnes d’un même foyer de faire des usages simultanés sans contrainte. Délivrant un accès ultra-rapide à Internet, la fibre permet de regarder des vidéos en très haute définition (4K, 3D) et facilite de nouvelles activités fortement consommatrices de données, comme le télétravail, la domotique ou la télémédecine.

Quelle est la différence entre le cable et la fibre optique ?

Il s’agit de deux technologies différentes. Déployé bien avant l’ADSL, le câble coaxial est utilisé depuis longtemps pour la télévision et l’accès à Internet. Mais Numericable utilise désormais son large réseau pour relier ses abonnés à la fibre optique. Cette solution n’amène cependant pas la fibre optique jusqu’au logement, mais s’arrête au pied de l’immeuble (FFTB pour Fiber to the Building). Jusqu’à l’abonné, le câble se substitue en fait à la fibre optique, sans conséquence sur le débit, selon Numericable. Pour les puristes, la « vraie fibre » est la FFTH (Fiber to the Home), littéralement la fibre jusqu’à la maison, qui nécessite des travaux dans les immeubles et de rentrer dans les appartements. C’est la solution choisie notamment par A2stel.

Qui installe la fibre ?

Ce sont les opérateurs qui installent les réseaux dans les villes et à l’intérieur des immeubles. Le déploiement dans les rues, dit horizontal, est le fait de l’ensemble des opérateurs, tandis que le déploiement vertical est réalisé par un seul opérateur, appelé « opérateur d’immeuble », choisi par la copropriété, qui va raccorder la fibre tirée jusqu’en bas d’un immeuble vers chacun des appartements. Pour que chaque occupant puisse choisir son fournisseur, un point de mutualisation – ouvert aux autres opérateurs – est obligatoire. Pour autant, tous les opérateurs ne sont pas contraints de se raccorder à tous les immeubles.

Qui va payer le déploiement ?

La loi prévoit que le fibrage de l’immeuble se réalise sans frais pour les propriétaires ou copropriétaires comme pour les locataires de l’immeuble. Les coûts d’installation sont à la charge de l’ « opérateur d’immeuble », qui peut les partager avec d’autres opérateurs. Dans les « zones moins denses », ce sont les collectivités locales qui vont financer le déploiement de la fibre par le biais d’un prestataire technique. Une fois créé, le réseau est mis à la disposition des opérateurs qui peuvent s’y raccorder, à leurs frais, s’ils le souhaitent.

Combien ca coûte ?

Un abonnement à la fibre optique ne coute pas forcément plus cher qu’un abonnement ADSL. Les offres d’entrée de gamme des principaux opérateurs autorisent la fibre sans surcoût, à partir du moment où le logement est raccordé.
Pour savoir si votre logement est éligible, il suffit de renseigner votre adresse sur notre formulaire.
Propriétaires et co-propriétaires, si vous n’êtes pas encore raccordés, vous pouvez poser la question du fibrage au syndic ou solliciter directement les opérateurs. Locataire, vous pouvez en faire la demande à votre propriétaire ou bailleur social. Selon la loi, tout occupant d’un logement bénéficie d’un « droit à la fibre ».